Home > Un PET-scan

Un PET-scan

Qu’est-ce que le PET-scan ?

PET est l’abréviation courante pour « Positron Emission Tomography ».
Il s’agit d’une technique d’imagerie médicale de pointe qui a connu une forte croissance ces dernières années. La caractéristique unique de cette technique est que l’image est le reflet de l’activité métabolique des organes ou des tumeurs.

Le PET-scan est donc une méthode complémentaire des techniques radiologiques (CT-scanner, IRM, échographie) qui elles délivrent une image anatomique, structurelle, des organes.

La caméra PET contient des détecteurs très sensibles capables de détecter de très faibles quantités de radioactivité dans le corps, et d’en faire une image. La radioactivité détectée vient d’un isotope (par exemple le Fluor-18) qui est incorporé à une molécule dont on veut étudier la distribution dans un organe ou une tumeur.

Cette molécule marquée par l’isotope est appelée « traceur », et elle permet de mesurer une fonction métabolique spécifique. Les traceurs utilisés pour le PET-scan sont fabriqués dans des centres spécialisés qui disposent d’un cyclotron (accélérateur de particules). Le traceur le plus utilisé au PET-scan est le FDG, qui est du (déoxy)-glucose marqué au Fluor-18.

Le FDG est un analogue du glucose et permet d’étudier le métabolisme du sucre.
Après injection intraveineuse, le FDG se distribue dans l’ensemble du corps et se fixe préférentiellement aux organes qui ont des besoins élevés en énergie (le glucose est la meilleure source d’énergie pour le corps).

Le cancer a des besoins élevés en énergie et est donc très avide pour le glucose, et donc pour le FDG, ce qui permet de détecter les sites cancéreux grâce au PET-scan.

Le PET-scan est une technique d’imagerie unique en son genre car elle permet de faire des images du corps entier en une seule session d’examen. On peut dès lors détecter des sites cancéreux partout dans le corps, en réduisant les chances de passer à côté d’une tumeur parce qu’elle n’aurait pas été découverte pas les méthodes d’imagerie radiologiques.

Les nouvelles générations de caméras PET sont des caméras couplant un PET-scan et un CT-scanner à rayons X (PET-CT). Avec ces caméras PET-CT on peut réaliser des images à la fois « métaboliques » (la partie PET-scan) et « anatomiques (la partie CT-scanner)
en un seul examen.

Les deux types d’images sont alors superposées (fusion d’images), ce qui rend l’interprétation des images PET plus facile : on peut aisément localiser les foyers fixant le traceur.
Beaucoup d’études scientifiques ont démontré que le PET-CT avait une meilleure performance diagnostique que le PET-scan seul.

radio 01

Quand demande-t-on un PET-scan ?

Le PET-scan est classiquement utilisé en cancérologie (ou oncologie), cardiologie et neurologie. Des données récentes ont également démontré son intérêt pour la localisation des infections ou la mise au point des inflammations.

En oncologie, le PET-scan peut être demandé pour affirmer le caractère cancéreux d’une masse ou nodule, par exemple un nodule pulmonaire détecté au CT-scanner ou à la radiographie du thorax.

Le PET-scan est utilisé pour réaliser ce qu’on appelle le bilan d’extension d’une tumeur :
il s’agit de déterminer s’il existe des métastases ganglionnaires ou à distance, afin de décider du meilleur traitement à appliquer.
Le PET-scan est également très utile pour évaluer la réponse de la tumeur à un traitement par chimiothérapie, hormonothérapie ou radiothérapie, pour déterminer si le traitement choisi est efficace ou non.

En neurologie, le PET-scan au FDG est utilisé pour préciser le diagnostic et l’origine des crises d’épilepsie, chez les patients présentant une maladie sévère et difficile à traiter.
Plus récemment, le PET-scan a démontré son utilité pour le diagnostic précoce des maladies neuro-dégénératives, notamment la maladie d’Alzheimer.

En cardiologie, le PET-scan permet d’évaluer la viabilité du myocarde après un infarctus, et de décider s’il est utile ou non de rétablir la circulation par un pontage coronarien.

Comment se passe un PET-scan ? Comment dois-je
m’y préparer ?

Ceci est une description générale qui concerne les examens « corps entier », c’est-à-dire les examens de loin les plus fréquents. Dans certains cas particulier ou pour les autres applications du PET-scan, d’autres procédures peuvent s’appliquer. Votre médecin vous fournira les informations complètes à ce sujet.

Vous devez rester à jeun pendant au moins 6 heures avant l’examen. Il est permis de boire de l’eau et d’autres boissons non sucrées. Le lait dans le café est interdit. Vous pouvez prendre vos médicaments, et notamment tous les médicaments anti-douleurs.

Si vous êtes diabétique, il faut prévenir le service au moment de la prise du rendez-vous.
Des instructions complémentaires vous seront données. Prévenez également le médecin lors de votre arrivée dans le service, notamment si vous êtes à risque d’hypoglycémie.

Le traceur FDG est injecté par voie intraveineuse. On place pour cela une perfusion de solution physiologique. Il est important de bien boire pour permettre une bonne distribution du traceur, et accélérer l’élimination urinaire.

Parfois on administre avant l’injection un myorelaxant (de type Valium). Un diurétique
(de type Lasix) peut également être administré après l’injection, dans certaines indications.
Si nécessaire, des médicaments anti-douleurs pourront vous être administrés.

Après l’injection du traceur, une période d’attente d’au moins 1 heure est nécessaire pour laisser le temps au produit de se fixer. Parfois cette attente est plus longue, en fonction
de la question clinique posée et du type d’examen. Pendant cette période d’attente, vous devez rester au calme, ne pas trop bouger pour ne pas consommer du sucre dans les muscles. Pensez à prendre de la lecture.

A la fin de la période d’attente, on vous demandera de bien vider la vessie. L’examen en tant que tel dure entre 30 minutes et 1 heure, en fonction du type de machine et de l’indication
de l’examen. Pendant l’examen il est important de rester immobile et de respirer calmement.
En cas d’utilisation d’un PET-CT, il se peut qu’on injecte un produit de contraste iodé par voie intraveineuse à l’aide d’une pompe.

Le technologue en imagerie qui s’occupe de la réalisation de l’examen vous expliquera les choses en détail.

Est-ce que le PET-scan est dangereux ?

La quantité de radioactivité injectée est très faible et il s’agit d’un type de radioactivité qui disparaît très rapidement (courte demi-vie).

Le risque lié à l’irradiation est donc très faible également. Il n’y a aucun risque pour vous ou votre entourage. Le fait de bien boire pendant la période d’incorporation du produit réduit considérablement l’irradiation en accélérant l’élimination urinaire du produit non fixé.

Comme pour tout examen réalisé à l’aide de radio-isotopes, les précautions suivantes s’appliquent néanmoins : éviter les contacts prolongés et rapprochés avec les jeunes enfants et les femmes enceintes.

L’examen est contre-indiqué en cas de grossesse et des précautions spéciales s’appliquent si vous allaitez. Elles vous seront expliquées par le personnel compétent.