Home > Une scintigraphie à la MIBG

Une scintigraphie à la MIBG

Cet examen est utilisé dans la mise au point de tumeurs rares, essentiellement les phéochromocytomes.

Ce traceur est très spécifique pour ces tumeurs, il permet ainsi de confirmer un diagnostic évoqué sur base clinique et biologique (analyse du sang et des urines), de localiser et de déterminer le nombre éventuel des lésions. Cet examen n’est pas réalisé en première ligne, mais le plus souvent après qu’une batterie de tests ait soit fortement évoqué le diagnostic. Plus rarement, il sera réalisé parce que ces tests ne sont pas concluants, alors qu’il existe une suspicion clinique élevée (sur base des signes et symptômes présentés).

L’examen nécessite une préparation stricte. En particulier certains médicaments ne peuvent être pris dans les jours qui précèdent l’examen. La liste ci-dessous n’est donnée qu’à titre indicatif et il est très important que vous contactiez le service de médecine nucléaire afin de déterminer si vous prenez un médicament susceptible d’interférer avec la scintigraphie.

Ayez à votre disposition la liste précise de vos médicaments lorsque vous téléphonerez pour le rendez vous.

Médications à interrompre 

- Opioïdes, Cocaïne, Tramadol
7 à 14 jours avant l'examen
- Antidépresseurs tricycliques : Amitriptyline et dérivés, imipramine et dérivés, amoxapine, loxapine, doxepine,...
7 à 21 jours
- Sympathicomimétiques (composants de décongestionnants, produits diététiques, bronchodilatateurs) :

Phenylpropanolamine, pseudoephedrine, phenilephrine, amphetamine,
doapamine, isoproterenaiol, salbutamol, terbutaline, phenoterol, xylometazoline

7 à 14 jours


- Anti-hypertenseurs et agents cardio-vasculaires :Labetalol, metoprolol, amiodarone
21 jours
Reserpine
14 jours
Bretylium, guanethidine
14 jours


- Antagonistes calciques :nifedipine, nicardipine, amlodipine
14 jours
IEC
14 jours


- Antipsychotique :
Phenothiazines (frequents dans les anti-émétiques et anti-allergiques)

Thioxanthènes, Butyrophénones

21 à 28 jours



La MIBG est marquée avec de l’iode radioactif. Suivant les cas, et suivant les centres, il s’agira d’I131 ou d’I123. Dans tous les cas, il est nécessaire de protéger la thyroïde, souvent par la prise d’une solution de Lugol pendant les jours qui précèdent et qui suivent l’examen.

Les pratiques varient suivant les centres, et les instructions précises vous seront données lorsque vous contacterez le service de médecine nucléaire dans lequel l’examen sera réalisé. Enfin, une grossesse constitue une contre-indication à la réalisation de l’examen.

Sur le plan pratique, la MIBG est injectée dans un cathéter veineux. Les images (scintigraphie proprement dite) sont acquises dans un second temps, plusieurs heures ou plusieurs jours après l’injection. A nouveau la procédure varie suivant l’isotope utilisé (I123 ou I131) et suivant le centre.
La procédure vous sera expliquée en détail lors de la prise du rendez vous.